Maître Jigoro Kano, fondateur du judo

Publié par Judo - Thise

Jigoro Kano, le fondateur du judo en 1882.

 

Jigoro Kano, jeune Japonais, était petit et chétif tant et si bien que ses camarades se moquaient de lui en permanence. De santé fragile, il décida de s'adonner au sport pour se développer le corps.

Ce fut d'abord la gymnastique et le base-ball, puis le ju-jitsu à l'âge de 17 ans au moment de son entrée a l'université de lettres.

Jigoro Kano se rendait au dojo tous les jours. Les entraînements étaient très rudes et il en revenait souvent couvert d'ecchymoses et d'égratignures. Mais jamais il ne se serait plaint. Il devint plus fort et résistant, mais restait petit et léger. Aussi essayait-il de bien étudier les autres pratiquants sur leurs techniques et leurs déplacements afin de mettre au point des techniques lui permettant de les vaincre. Ainsi, parvient-il, après l'avoir observé à projeter de façon spectaculaire un élève de près de 90 kilos à l'aide d'une technique qu'il venait de mettre au point.

Esprit excessivement brillant, il proposa une synthèse de toutes les techniques qu'il avait pu étudier dans les écoles et dans les ouvrages en s'appuyant sur le principe SEIRIOKU ZENYO : minimum d'énergie, maximum d'efficacité ou utilisation efficace de l'énergie, tout en développant l'idée que le judo, qu'il venait de créer, dépassait largement le plan physique et pouvait être un fantastique moyen de développement moral pour l'individu d'abord, pour la société toute entière ensuite.

Jigoro Kano créa en 1882 le judo, alors qu'il avait 22 ans, sa propre école, le Kodokan, qui en avait puisé les éléments essentiels dans le ju-jitsu, terme désignant les techniques de combats à mains nues utilisées par les samouraïs, ces rudes guerriers Nippons. Il supprima tous les aspects dangereux de ces méthodes de combats pour en retenir que les éléments susceptibles de constituer une discipline physique et mentale hautement éducative.

En devenant un sport pratiqué désormais dans le monde entier et admis aux Jeux Olympiques, le judo, tout en restant fidèle aux principes de bases définis par son créateur, à évolué sous l'impulsion d'un nombre croissant de professeurs et d'experts, soucieux de toujours en comprendre mieux les mécanismes, ainsi que de champions vivant, pour leur part, l'efficacité immédiate, laquelle assure la victoire au cours des compétitions officielles.

Jigoro Kano, pénétré de tradition mais innovateur, intègre et idéaliste, habile, soucieux avant tout d'éducation et de progès moral, mourut en 1938, après avoir, avec l'aide de ses disciples, fait connaître et développé le judo dans le monde entier.

 

Code Moral du Judo :

La Politesse, c'est le respect d'autrui.

Le Courage, c'est de faire ce qui est juste.

La Sincérité, c'est s'exprimer sans déguiser sa pensée.

L'Honneur, c'est être fidèle à la parole donnée.

La Modestie, c'est parler de soi-même sans orgueil.

Le Respect, sans respect aucune confiance ne peut naître.

Le contrôle de soi, c'est savoir se taire lorsque monte la colère.

L'amitié, c'est le plus pur des sentiments humains.